Comparatif ZXR400 Ninja 400 par Motorrad

Discussions générales autour de la Ninja 400.
Répondre
Avatar du membre France
Mickael
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 2257
Enregistré le : jeu. 27 sept. 2007 01:25
Moto : ER6N
Localisation : Pontarlier
Contact :

Comparatif ZXR400 Ninja 400 par Motorrad

Message par Mickael » mar. 30 avr. 2019 11:49

Le magazine Allemand MOTORRAD a publié un article comparant ZXR400 et Ninja 400. Ci-dessous sa traduction.

ZXR400 vs Ninja400.jpg

Fondamentalement, la Kawasaki ZXR 400 doit ses origines au TT de l'île de Man. Le Kawasaki Ninja 400 moderne va rouler à ses côtés et écouter avec étonnement ce récit à grande vitesse d'un autre temps.


Fin 1976, la Fédération Internationale de Motocyclisme (FIM) a décidé de priver le TT de l'île de Man de son statut de manche de Coupe du Monde. Parce que le gouvernement de l'île craignait pour la perte des revenus du tourisme lié au TT, elle crée alors avec l'association de sport moto britannique ACU un nouveau championnat, avec les formules TT un, deux et trois.
Les courses de la Formule 3 étaient destinées aux motos équipées de moteurs à deux temps d’un maximum de 250 cm3 et de quatre temps à 400 cm3, la Formule 2 à deux temps de 350 et quatre temps de 600 cm3, tandis que le moteur de grande classe deux temps combinait jusqu'à 500 et quatre temps de 1 000 cm³.
Les machines de course devaient être construites sur la base de motos de série, les modifications et réglages étant réglementés. Cette cylindrée et l'idée d'une base standard pour les machines de course ont donné une impulsion importante au développement des courses de moto. Cette impulsion s'étend d'ailleurs au Championnat du Monde Superbike tel qu'il existe aujourd'hui.


Qu'est-ce que cela a à voir avec les deux Kawasaki ?

Beaucoup. En effet, alors que le championnat du monde TT-F3 de l’île de Man, et plus tard d’autres courses, a lieu en 1981, il entraîne au Japon à partir de 1984 une résurrection de cette catégorie de moto qui s’est poursuivi jusqu’en 1991 inclus. Au cours de cette période, tous les constructeurs japonais ont mis au point des petites sportives très sophistiquées, Honda, Suzuki et Yamaha, et même des machines à deux et quatre temps parallèles. Malheureusement, seules quelques-unes de ces précieuses motos sont arrivées en Europe. La Honda VFR 400 R, très chère et rare, était officiellement importée, la Suzuki RGV 250 et la Kawasaki ZXR 400.

Leur orientation course fait une énorme différence par rapport à la Ninja 400 actuelle! En dépit de son front de carénage impressionnant, qui rappelle fortement le Superbike ZX-10R, la Ninja 400 est conçue - avec un cadre en acier tubulaire, une fourche classique et des freins à disques uniques à l’avant et à l’arrière - en moto polyvalente à prix modique, sans talent sportif, et sans ambition de course.
Exactement l'inverse de ce que montre la ZXR 400 dans les moindres détails, de par la fourche trapue, les étriers fixes à quatre pistons du frein à disque double avant, le cadre en aluminium, le système de réglage de la suspension arrière ou encore le bras oscillant arrière soudé à partir de profils extrudés. Kawasaki a reconstruit la Superbike ZXR 750 en plus petit. Ou peut-être était-ce l'inverse et le 750 est un 400 élargi? Pas improbable.


Concepts de moteur avec différentes approches

Une attention particulière doit être portée aux moteurs, d’autant plus qu’ils se cachent généralement derrière le carénage.

Premièrement, il y aurait la ZXR à quatre cylindres avec un alésage de 57 millimètres et une course de 39 millimètres. En termes absolus, il s'agit d'une course très courte, mais pas par rapport à l'alésage. À cet égard, les super sports 600cc sont encore plus extrêmes.
Quoi qu'il en soit, la course courte permet à la petite Kawasaki de rouler à des vitesses très élevées tout en dépassant 14 500 tr/min, grâce à un système d'alimentation efficace du mélange. Les quatre soupapes par chambre de combustion sont actionnées par des leviers de trainée qui permettent des accélérations puissantes. Il n’est pas étonnant que les performances exceptionnelles du petit moulin impressionnent déjà à l’état standard. Les mesures effectuées ont toujours fait état de 65 à 68 ch. Extrapolées à la capacité en litres on arrive entre 162,5 et 172 ch. Au début des années 1990, il n'y avait pas de 1000 avec cette performance. Et comme si ce n'était pas assez, des tuners compétents réussissent à chatouiller facilement plus de 80 CV avec ce moteur.

La Ninja 400 suit une approche complètement différente. Conçu pour les permis limités à 48 CV, elle ne cherche pas à atteindre des performances maximales. Par conséquent, et pour économiser sur les coûts de production, elle est livrée avec deux cylindres et est proportionnellement moins courte que le quatre cylindres. Contrairement à la plupart des moteurs bi-cylindres en ligne modernes, il déplace les bielles et les pistons à 180 degrés au lieu de 90 degrés. Les forces de masse compensent cela, mais pas les moments de masse, elle est donc équipée d'un arbre d'équilibrage pour amortir les vibrations. Aussi différents par leurs technologies, les moteurs le sont par leurs comportements. Les deux cylindres démarrent rapidement et s'embrassent très discrètement au ralenti. Le quatre cylindres est sophistiqué et expressif, veut un support d'étranglement exactement dosé et nécessite quelques essais du démarreur, jusqu'à ce qu'il s'enflamme. Mais alors commence un gros concerto; Il soupire en sifflant, claque avec la chaîne de distribution, clique sur les pistons encore froids et les trompettes étonnamment profondes du système d'échappement quatre-en-un, entièrement constitué d'acier inoxydable.

ZXR400 vs Ninja400 2.jpg

Ninja 16 kilos de moins que la ZXR

Lors du démarrage, sur la Ninja 400, on tire l’embrayage d’un doigt, on passe au premier rapport et on roule à basse vitesse, avec légèreté et désinvolture. Sur la ZXR, la main gauche tire le levier d’embrayage à l’encontre de la force du ressort, le pied gauche doit d’abord sentir le loquet haut placé avant de pouvoir engager la première vitesse, ce qui indique une disponibilité à sec «Klonk».
Le démarrage avec le moteur à grande vitesse et le premier rapport relativement long nécessite un patinage bien dosé des embrayages à au moins des vitesses moyennes. Qui veut s'élancer rapidement, devrait s'engager à environ 8 000 Tr/min. La dynamique de conduite de la ZXR 400 n’est donc pas simple, mais nécessite concentration et expérience d’utilisation.

Cette constatation est confirmée à chaque kilomètre, que ce soit en circulation urbaine, sur autoroute ou sur autoroute.

Bien que le bicylindre Ninja n'offre pas autant de performances de pointe que le moteur ZXR à quatre cylindres, il possède un centre relativement puissant, qui - mesuré en termes de cylindrée du moteur - permet une conduite presque épuisante. La suspension de la Ninja est moins exigeante. Elle pèse 16 kg de moins que la ZXR, possède des roues et des pneus plus étroits et place le conducteur en position verticale. Une direction facile et une bonne visibilité garantissent une conduite sans souci, un amorti tout en douceur pour un confort optimal. Vous laissez la Ninja parcourir les courbes rapidement, vous détendre activement et vous n’avez que rarement l’idée de mettre le moteur en marche à la puissance maximale ou d’attaquer brusquement le virage suivant.

La ZXR 400 oblige son pilote à faire exactement l'inverse. Surtout avec la machine dont nous disposions pour notre voyage dans le Jura. Elle a souffert après une longue route d'une forme bénigne de maladie gastrique. Vraisemblablement, l’essence était un peu trop élevée dans les chambres à flotteurs, car bien que nous roulions dans la fourchette moyenne entre 6 000 et 10 000 Tr/min - oui, c’est le milieu du compte tour - , elle n’a pu montrer tout son potentiel. Avec une conduite enthousiaste, le moteur à quatre cylindres tourne à 14 000 Tr/min en un rien de temps. Sur l’autoroute libre, il a mis le feu à la petite Kawa après une accélération rapide à une vitesse d’un peu moins de 220 km/h. Bien trop vite pour la vaillante ninja qui s'est faite distancée. Les ZXR400 parfaitement entretenues développent leurs performances de manière plus uniforme, mais cela ne change pas beaucoup le style de conduite qu'elles exigent.


L'autoroute ne remplace pas une piste de course

Même si une route de campagne exigeante ne remplace pas une piste de course, il est apparu que l’amortissement de la Ninja dans cette configuration atteignait ses limites. Il était difficile de comprendre pourquoi la fourche et l'amortisseur si bien réglées et si bien dimensionnées provoquaient se sentiment de torsion. Toutefois leur précision de conduite et la sensation de la roue avant sont toujours aussi impressionnantes.
Le seul point où la ZXR ne répond plus aux normes actuelles est la position assise. Le siège est trop bas, les repose-pieds sont montés aussi haut que possible pour des raisons de liberté de basculement. Cela oblige à serrer douloureusement les angles des genoux et cela réduit la mobilité du pilote. Néanmoins, il ne détourne jamais les yeux d'elle et se demande où il pourrait avoir une assise de siège , d'une épaisseur de quatre centimètres.


Conclusion: presque pas de similitudes

Les deux sont ou ont été produites par Kawasaki et possèdent des moteurs d’une cylindrée d’environ 400 cm3. Mais les similitudes s'arrêtent là entre Ninja et ZXR 400.
Alors que la Ninja, avec son design simple et ses manières agréables, offre un rapport qualité-prix favorable pour les clients et son fabricant, la ZXR 400 est construite pour la performance.
Aujourd'hui, cette dernière pourrait difficilement être produite moins chère qu'une Yamaha YZF-R6 à 14 000 euros. Mais qui voudrait l'acheter à un tel prix, alors même que les possibilités de l'utiliser en course se limiterait à de rares offres de quelques organisateurs?
Quiconque tombe sous le charme du petit ZXR doit s'assurer d'acheter un spécimen bien conservé, le conduire et le conserver. Comme une réminiscence d'une si courte période de temps où l'on pouvait acheter ces motos si merveilleusement déraisonnables.


Source: Motorradonline.de
Image

Avatar du membre Belgium
KW650
Modérateur
Modérateur
Messages : 615
Enregistré le : mar. 8 juil. 2008 04:56
Moto : Versys X 300
Contact :

Re: Comparatif ZXR400 Ninja 400 par Motorrad

Message par KW650 » mer. 1 mai 2019 05:08

Voilà, tout est dit....
Une ZXR me ferait envie pour la collection, ou un petit run, mais pas au quotidien...
"Je ne suis pas difficile, je me satisfais aisément du meilleur!" W. Churchill

Répondre

Retourner vers « Ninja 400 (2018 - ?) »